scapin
Les Fourberies de Scapin de Molière
6 août 2016
vania 3
Oncle Vania d’Anton TCHEKHOV
9 août 2016

Vaudevilles de Eugène Labiche et Georges Feydeau

feydeau
LE SPECTACLE
Vaudeville: comédie sans intentions psychologiques ni morales, fondée sur un comique de situations et les quiproquos.
A ce jeu-là, Feydeau, Labiche et Courteline en sont les maîtres.
Les deux courtes pièces, La fille bien gardée d’Eugène Labiche et Feu la mère de Madame de Georges Feydeau,
sont interprétées par les mêmes comédien(e)s -à l’exception d’une seule- et, dans un souci de préserver le rythme
rapide choisi par la mise en scène (comment faire autrement dans cette folie apparemment chaotique mais d’une mécanique superbement maîtrisée par les auteurs), avec un entracte le plus court possible. Notre mot d’ordre: ne pas laisser le spectateur respirer. Si possible.

EUGENE LABICHE (1815-1888) et LA FILLE BIEN GARDEE

Né à Paris, fils d’un riche industriel, après des études de droit il fait ses débuts comme journaliste à la Revue du théâtre
et rencontre le succès en proposant à diverses scènes parisiennes ses pièces comiques, souvent courtes. Désireux d’accéder
à la « Grande comédie », il écrit à partir d’ Un chapeau de paille d’Italie (1851) des comédies de moeurs en cinq actes:
L’affaire de la rue de Lourcine, Le voyage de Monsieur Perrichon, La dame au petit chien, et bien d’autres, puisqu’il est l’auteur, seul ou avec des collaborateurs, de plus de cent soixante-dix pièces. Labiche voit ses oeuvres jouées à la Comédie Française à partir de 1864 puis est élu à l’Académie Française en 1880. Son sens de la critique féroce de la grande bourgeoisie, et de l’absurde, ouvrent la voie au théâtre du xxe siècle.
Dans La fille bien gardée (1850), la baronne de Flasquemont part en soirée, laissant la garde de sa fille à ses deux serviteurs.
Comme la petite dort, ils pensent aller chez Mabille, un bal parisien populaire. Mais la petite se réveille et veut les accompagner…
GEORGES FEYDEAU (1862-1921) et FEU LA MERE DE MADAME
Son ami Sacha Guitry: « Il a perfectionné le vaudeville là où l’avait laissé Labiche ».
Né à Paris, il écrit ses premiers textes à l’âge de 7 ans. Il négligera d’ailleurs rapidement ses études pour se consacrer entièrement au théâtre, d’abord en tant qu’acteur, puis en tant qu’auteur et metteur en scène. Après quelques années d’errance, Georges Feydeau rencontre une série ininterrompue de succès: Tailleur pour dames, Un fil à la patte, Le Dindon, La Dame de chez Maxim.
Observateur lucide de la société de son temps, Feydeau bâtit des intrigues impeccables, et scrute sans concessions la nature humaine, surtout celle des petits-bourgeois. Il est considéré, à juste titre, comme l’un des précurseurs du théâtre de l’absurde.
Dans Feu la mère de Madame (1908), Lucien, rentré fort tard du bal des Quat’z’Arts, réveille sa femme Yvonne, qui commence à lui faire une scène. Un valet de chambre sonne à la porte, au moment où les deux époux se couchent. Le messager est porteur d’une bien terrible nouvelle:la mère de Madame est morte…
DISTRIBUTION
La fille bien gardée
Marie…………………….………………………………………………………………..Myriam Allaire
Saint-Germain……………..…………………………………………………………..Sullivan Guyot
Berthe……………………………………………………………………………………..Anne-Hélène Guillemet
La baronne…………………..…………………………………………………………..Louise Aubret
Rocambole………………………………………………………………………………Dominique Berjot
Feu la mère de Madame
Yvonne………………………………………………………………………………………Louise Aubret
Lucien……………………………………………………………………………………….Sullivan Guyot
Joseph……………………………………………………………………………………….Dominique Berjot
Annette…………………..………………………………………………………………….Myriam Allaire
Réservations au : 02 97 46 67 47
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *