lamai
LA MAI de Marina CARR
2 septembre 2018
jeudeplanches
Jeux de Planches de Jean-Paul Alègre
2 septembre 2018

Madame de Sade de Yukio Mishima

sade

La pièce

Epouse, belle-mère, belle soeur, amies, toutes sont réunies autour d’une absence: celle du « Divin Marquis ».
Mishima a convoqué sur une période de dix-huit ans en trois moments, trois actes, avec toujours comme sujet de leurs échanges
Donatien emprisonné. Donatien qui révolte et attire, rebute et fascine, mais qui toujours heurte la morale.
Il est peut-être singulier qu’un Japonais ait écrit une pièce de théâtre sur un argument français. La raison en est que je souhaitais employer à rebours les talents que les comédiens de chez nous ont acquis en représentant des pièces traduites de langues étrangères.» Yukio Mishima.
L’AUTEUR
Yukio Mishima, né en 1925, est plongé dès son enfance dans la littérature et le théâtre Kabuki dont sa grand-mère paternelle, issue d’une famille de samouraï, lui transmet la passion. Celle-ci, femme de caractère, lisant le français et l’allemand, le retire à ses parents jusqu’à ses douze ans. C’est également à cet âge qu’il rédige sa première nouvelle.
Il poursuit des études provisoirement interrompues par la guerre à la faculté des sciences juridiques de l’Université Impériale.
Après la reddition de 1945, Mishima délaisse l’École romantique japonaise au profit du groupe de la revue Littérature Moderne.
Il décide alors de se consacrer exclusivement à sa carrière d’écrivain : « Confession d’un masque », paru à l’automne 1948, le révèle au public.
Auteur prolifique, Mishima enchaîne nouvelles et romans parmi lesquels on peut citer « Amours interdites » (1951), paru l’année de son premier voyage en Occident, « Le Tumulte des flots » (1954), « Le Pavillon d’or » (1956). Les dernières années de sa vie sont  marquées par la rédaction de plusieurs pièces de théâtre, dont « Madame de Sade » (1965), « La Terrasse du roi lépreux » et « Le Lézard noir » (1969).
Ayant terminé sa tétralogie (1970), il se rend au ministère des Armées accompagné de quatre jeunes disciples. Il prend en otage le général commandant en chef des forces d’autodéfense et fait convoquer les troupes : il leur tient alors un discours en faveur du Japon traditionnel et de l’empereur. Suivant le rituel, Mishima se donne la mort par seppuku.

Distribution

Renée de Sade……………………..……………………..Mounia Djenidi
Madame de Montreuil……………………………….. .Françoise Le Guiniec
Madame de Saint-Fond………………..………………Myriam Certon
Baronne de Simiane…………………..………………..Sylvie Hoang
Anne-Prospère……………..…………………………….Alexandra Vidal
Charlotte…………………………………………………….Léonor Allaire
 
Réservations: 02 97 46 67 47
 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *